Admin skipperPasseport bateauEspace adhérent
CFB Calendrier 2020 JPEG

Actualités

Bénéteau Partenaire à la hune

Lundi 9 décembre 2019

Leader mondial des industries nautiques et leader européen de l’habitat de loisirs, la marque BENETEAU est partenaire de la Classe Figaro Bénéteau depuis la création de l'association.

Rencontre avec Luc Joessel, project manager chez BENETEAU, qui revient sur cette première année du Figaro Bénéteau 3. 

Pouvez-vous nous présenter votre rôle au sein du groupe BENETEAU et en particulier sur le projet Figaro Bénéteau 3 ?

Luc Joessel   BeneteauJe suis arrivé chez BENETEAU comme chef de produit Voile en mars 2018, alors que la production était lancée et les premières commandes reçues. J’étais auparavant chez North Sails, je connaissais donc bien les figaristes.
C’est donc assez naturellement que j’ai fait l’interface entre la Classe Figaro Bénéteau, les coureurs et le chantier, aussi bien sur des aspects commerciaux, que techniques et logistiques. Avec globalement trois grosses périodes entre l’été 2018 et La Solitaire URGO Le Figaro 2019 :

1.    Essais du bateau à St Gilles Croix de Vie et préparation du tirage au sort

2.    Livraisons entre janvier et mars 2019

3.    Réunions avec les coureurs et la Classe pour la mise au point du bateau et le SAV avant le départ à Nantes.

Vous avez choisi d’installer la fabrication de la flotte des Figaro Bénéteau 3 au chantier Nantes-Cheviré et de créer une division consacrée aux bateaux de course au large. Combien de FB3 sont, à ce jour, sortis du chantier ? Avez-vous un nombre d’unités maximum de prévu ?

Nous avons livré 65 bateaux à ce jour et la production se poursuit encore quelques mois jusqu’à la coque 90.

 

Beneteau   Luc Joessel

Que représente pour vous la Classe Figaro Bénéteau ?


Un vivier incroyable de talents qui rassemble les meilleurs coureurs au large ; un haut niveau d’exigence et de compétitivité ; malgré cela, plutôt une bonne ambiance marquée par le respect mutuel, une certaine forme d’humilité dans les moments difficiles et la reconnaissance des performances d’autrui notamment sur La Solitaire URGO Le Figaro.

Le Championnat de France Elite de Course au Large 2019 s’est achevé mi-septembre avec le Tour de Bretagne à la Voile. Qu’avez-vous pensé de cette première saison du FB3 et de celle du bizuth Benjamin Schwartz, Champion de France Elite de Course au Large ?

Comme nous nous y attendions la première saison a été intense (rires). Entre les livraisons, la découverte du support et sa mise au point, nous n’avons pas eu beaucoup de temps morts.

C’est extra de voir un bizuth remporter le Championnat de France Elite de Course au Large et bien figurer sur toutes les épreuves. Benamin n’a pas fait de bruit, a même pris son bateau en mains relativement tard car il était sur Spindrift 2 ; Mais il a été méthodique et ne s’est pas mis de pression, ce qui lui a permis d’être toujours dans le match. Bravo à lui.

Le Figaro Bénéteau 3 a-t-il réussi son examen de passage ?

A l’issue du Tour de Bretagne à la Voile où les duos en lice ont encore appris sur le bateau dans des conditions pas rencontrées auparavant, et grâce au travail de tous, nous avons au terme de la première saison un support éprouvé, rapide et exigeant qui satisfait les skippers. Donc oui.

Quels sont ses atouts par rapport au Figaro Bénéteau 2 ?

Malgré les interrogations de début de saison sur ses performances dans le petit temps et l’utilité des foils, le Figaro Bénéteau 3 semble plus performant que le FB2 dans quasiment toutes les conditions. Il n’y a peut-être que dans le petit temps / clapot et quand les algues s’en mêlent que c’est vraiment compliqué. Le potentiel du bateau (vitesse moyenne et vitesse de pointe avec des conditions optimales) est en tout cas supérieur aux attentes et aux prédictions des architectes.

Quelles actions sont mises en place par BENETEAU pour une diffusion des FB3 à l’international ?

Le bateau est disponible depuis environ 6 mois via notre réseau international de concessionnaires (400 points de vente dans 90 pays) comme n’importe quel autre voilier de la marque Bénéteau. A ce jour, nous avons 2 unités aux USA (une troisième est en cours), 1 en Suède, 1 à Taïwan, 1 en Irlande. Un bateau devrait également partir en Inde prochainement. Les propriétaires sont des passionnés, souvent expérimentés, qui prennent part à des courses au large locales ou internationales, souvent avec d’assez bons résultats d’ailleurs. Nous continuons donc à promouvoir le Figaro Bénéteau 3 à l’étranger, le modèle idéal pour nous serait d’arriver à créer des flotilles qui permettraient aux clients de courir entre eux sans contrainte de handicap. Le bateau est en effet assez lourdement taxé par les jauges « traditionnelles ». Les propriétaires actuels sont très satisfaits donc nous avons bon espoir pour le marché export.

Quelles sont les prochaines étapes pour la flotte des FB3 ?

Marc Vaillier qui est le chef de projet Figaro Bénéteau 3 a participé cet été à une réunion « Bilan première saison » avec Samuel Marsaudon et nos principaux fournisseurs. Un plan d’action a été défini pour poursuivre l’amélioration du bateau notamment en vue de la Transat AG2R qui est le premier grand rendez-vous de la saison 2020.

 

Propos recueillis par Sabine Le Fort